© Irem Bekter 2014

Son concept fait partie d’activité théâtrale du Programme Parascolaire avec des jeunes atteints du Down Syndrome. Sous les auspices de la ‘Société Luz y Fuerza’  elle développe avec des aînés le Programme de coordination motrice pour stimuler l’activité cérébrale et corporelle.

 

Elle enseigne son concept « Rythme et corps sur scène » au Centre culturel de l’Université des sciences économiques d’Argentine pendant 5 ans et dans plusieurs espaces de théâtre du pays.

En 2003, à l'invitation de l'École Nationale de Théâtre du Canada, Irem anime des ateliers d’initiation à ce même concept, à Montréal.

 

Soit à cause de ses explorations rythmiques et ses pratiques en Argentine, ou à propos de ses études de Jerzy Grotowski et de Gabrielle Roth qui viennent faire une partie de ses sources, Irem Bekter approfondit ses savoirs continuellement, toujours utilisant l’art pour arriver au ‘découvert de soi’ et à ‘l’affirmation de soi’.

 

Depuis son arrivée à Montréal à la fin de 2006, Irem Bekter n’hésite pas à innover aux plans artistique et social. Professeur de danses traditionnelles argentines à temps partiel à la maison Al Sur Tango, elle agit également comme ‘movement coach’ à l’Infinitheatre à Montréal et donne aussi des ateliers dans le programme de Concordia University’s Center for the Arts in Human Development  destinés aux personnes ayant des défis relatifs à leur développement et populations ayant des besoins spéciaux.

 

Elle réalise ses projets « Routes de l'Amérique » de rythme, danse et théâtre à École secondaire Joseph-François-Perrault (2007), « Jouer avec les rythmes » avec les enfants entre 18 mois à 5 ans à YMCA (2008) et aux écoles primaires Curé-A-Petit à Cowansville et St-François-d'Assise à Frelighsburg (2011). 

 

Elle co-anime aussi des formations en improvisation avec la comédienne québécoise, Diane Jules depuis 2009 ainsi que des ateliers « Voyager au centre de soi par les rythmes du corps » avec la psychologue Carole Miville (2011).

 

Irem réalise Zapateo sous zéro, un projet de médiation culturelle auprès de citoyens, dans le cadre d’une résidence de création avec Roger Sinha à la salle de diffusion de Parc-Extension (2012). Ce projet repose sur une approche d’exploration corporelle et rythmique, visant à favoriser le rapport communicationnel entre les participants issus de diverses communautés. Ancré dans l’actuel processus de création artistique d’Irem Bekter et de Roger Sinha, le projet outrepasse les barrières culturelles et linguistiques en mettant de l’avant le potentiel du corps comme instrument d’expression, de communication et de rassemblement.

 

Dans le cadre du programme « Libre comme l'art », en collaboration avec « Eurêka! Art et dialogue interculturel », elle anime des ateliers multidisciplinaires.

 

En janvier et février 2015, Irem réalise une série des ateliers ‘Rythme et corps’ à Gibsons, BC.

 

 

 

Langues parlées : Français, anglais, espagnol, turc

 

 

 

Irem Bekter, femme de théâtre, de musique et de danse, est née à Istanbul. À l’âge de huit ans, elle part pour l’Angleterre où elle obtient des diplômes en danse classique et jazz de l’École de ballet Elmhurst à Camberley et se perfectionne l’Académie Royale de danse de Londres. Irem Bekter est également bachelière de l’Académie des arts dramatiques Webber Douglas où elle étude le théâtre, les arts de la radio, la télévision, la direction et le chant.

 

En 1984, elle s’installe en Argentine et participe à plusieurs productions théâtrales, comédies musicales, séries télévisées et cinq films. Fascinée par la création et les arts autochtones, elle se dédie corps et âme au folklore argentin et particulièrement au « zapateo » (podorythmie argentine) et aux danses et musiques folkloriques.

 

Après des années d’exhaustive recherche, ses connaissances théâtrales jumelées à ses expériences avec les arts traditionnels du pays l’amènent à créer un nouveau concept : au zapateo original, se mêlent des sons, des mots, des rythmes et des musiques improvisées. Il en résulte sa création ‘Medée, La voix de sang’, commanditée par l’École Freudienne de Buenos Aires et présentée sur diverses scènes argentines de 2002 à 2005, où enfin théâtre, voix et danse se lient à la musique.

 

Simultanément, Irem continue à développer son concept « Rythme et corps » dans les milieux défavorisés, avec un niveau de la population à risque, impliquant la participation de toute la famille.

Ateliers